> > > > >

Politique commerciale mexicaine

Un dossier préparé et dirigé par Mathieu Arès


Textes essentiels du CEIM | Textes utiles | Sites gouvernementaux (Mexico) | Sites de Chambres de commerce | Page de syndicats mexicains et d’associations patronales | Revues scientifiques et journaux | Institutions internationales | Bibliographie sélective

Présentation

Toujours si loin de Dieu

Au Mexique, 2009 a été tout simplement horrible. Encore une fois, le dicton du vieux dictateur Porfirio Diaz semble s’appliquer : le Mexique est toujours si loin de Dieu et si près des États-Unis. Au plus fort de la tempête, durant les second et troisième trimestres, le recul du PIB a été, respectivement, de 10,1 % et de 6,2 % par rapport aux mêmes trimestres en 2008. Il faut remonter aussi loin que 1932, durant la Grande dépression, pour rencontrer d’aussi importants reculs économiques (Bloomberg 7 février 2010). Au sein de l’OCDE, le Mexique figure parmi les pays qui ont été les plus affectés par la crise économique, avec une contraction de l’économie nationale de près de 6,3 % sur une base annuelle. Seuls la Finlande (-8,8 %), la Hongrie (-7,9 %), l’Islande (-8,0 %) et l’Irlande (-7,6 %) ont connu une situation économique plus difficile en 2009 (OECD, Main Economic Indicators, janvier 2010). Après des années de lente diminution, le chômage est, à nouveau, fortement à la hausse et, avec lui, l’informalité, qui se nourrit des crises économiques.

Le sort semble s’être acharné sur le Mexique en 2009. L’éclosion au Mexique de la pandémie de grippe H1N1, la récession mondiale et les tueries liées à la guerre de la drogue ont fait fuir les touristes. Le marasme économique aux États-Unis a, quant à lui, fait tomber à 21,3 milliards de dollars le montant des envois de fonds familiaux transnationaux (remesas), soit un recul de près de 16 % par rapport à 2008 et de plus de 25 % par rapport à 2007. Dans certains États, comme le Chiapas, Campeche et l’Hidalgo par exemple, le recul des sommes transférées a été encore plus prononcé, avec des contractions pouvant représenter le quart du niveau de 2008. En fait, il faut remonter à 1975 pour observer un montant de transferts de fonds aussi faible (PrensaLatine 28 janvier 2010). Les revenus pétroliers ont également fortement diminué. Ainsi, entre janvier et octobre 2009, les revenus provenant des États-Unis, de loin le principal importateur du pétrole mexicain, étaient en baisse de près de la moitié (47,1%) comparativement à la même période en 2008, pour se solder à 17,4 milliards de dollars pour les dix premiers mois de l’année (Excelsior 14 décembre 2009). Cela s’explique non seulement par le recul des prix internationaux mais également par la baisse continue du niveau de production depuis le pic de 2004. Ainsi, entre 2004 et 2008, le nombre de barils de pétrole produits a décru de 17,5 % (PEMEX, Anuario estadístico2009). Compte tenu du rôle de la rente pétrolière – plus du tiers des revenus de l’État – , il ne faut pas se surprendre si les finances publiques sont demeurées exsangues. Le gouvernement dut même relever précipitamment en octobre dernier de 1 % la taxe sur la valeur ajoutée (IVA) sur les biens et services, pour la porter à 16 %. Mais surtout, les demandes en faveur d’un plan de relance sont demeurées largement insatisfaites, l’effort gouvernemental demeurant bien en dessous de ceux de la moyenne des pays de l’OCDE.
Malgré les nombreux accords commerciaux signés en parallèle à l’ALENA, les exportations mexicaines restent largement tributaires du marché américain : les exportations vers les États-Unis représentent près de 80 % du total des exportations, fluctuant au gré du cycle économique américain. L’an dernier, les livraisons internationales du Mexique ont connu une baisse d’environ 30 %. Compte tenu de leur importance stratégique, les exportations de type maquila ont chuté de manière particulièrement préoccupante. Un autre facteur d’inquiétude est le fait que l’économie nationale n’a pu prendre le relais, comme ce fut le cas pour le Canada et, dans une moindre mesure, de la République dominicaine, pourtant deux pays dont l’économie est également fortement tributaire du marché américain.

S’il fallait autre chose pour finir de se convaincre de l’extrême dépendance du Mexique envers le États-Unis, il est d’ores et déjà acquis que la reprise sera particulièrement lente et fragile, tout dépendant de ce qui va se passer aux États-Unis. Les analystes parlent d’un taux de croissance en 2010 compris entre 3 et 4,2 %. Cela peut paraître beaucoup, mais compte tenu de l’effet de rebond généralement associé aux années qui suivent un profond recul, c’est pour le moins navrant, et cela fera du Mexique le pays d’Amérique latine où la reprise sera la plus fragile (Bloomberg 21 janvier 2010). En fait, selon le ministre des Finances, Alejandro Werner, il se peut fort bien qu’il faille attendre 2012 avant que le revenu par habitant ne retrouve son niveau de 2008.
Les Mexicains peuvent cependant se consoler en constatant la solidité relative de leur système bancaire, habituellement très ébranlé durant les crises économiques. Toutefois, si les taux d’intérêt restent bas et que l’inflation demeure sous contrôle, cela masque le fait que la pérennité du système bancaire mexicain est due pour une large part au resserrement du crédit.

Aussi, dans ce contexte, on doit se féliciter que le système politique ait démontré une très grande résilience. Cela dit, le PAN, le parti gouvernemental, a été sanctionné lors des élections législatives de l’été dernier et le PRI en a profité pour se positionner comme l’alternative présidentielle. De plus, le marasme économique, les assassinats liés à la drogue et la perte du contrôle du Congrès font du président Calderón un président politiquement affaibli : sa marge politique est faible, il a peu de moyens d’action et sa crédibilité est minée tant le PAN est associé au rapprochement avec les États-Unis. Mais, in fine, outre la relance économique, ce qui va être au centre des débats politiques en 2010, ce seront les relations avec les États-Unis et, dans une moindre mesure, avec le Canada.

Textes essentiels du CEIM

Textes utiles

Sites gouvernementaux (Mexico)

Sites des Chambres de commerce

Page de syndicats mexicains et d’associations patronales

Suivant le modèle corporatiste la loi mexicaine oblige les salariés et les entreprises à joindre une association pour la représenter.

Associations patronales

  • CCE - Consejo Cordinador Empresarial : Principaux porte-paroles de l’ensemble des associations patronales mexicaines
  • CMHN - Consejo Mexicano de Hombres de Negocios : Association des plus grandes entreprises mexicaines.
  • CONCAMIN : Confederacion de Camaras industriales. La Concamin est l’une des plus puissantes organisations patronales de Mexique. Elle regroupe notamment les associations sectorielles suivantes la CAINTRA, la CMIC, la CANACIEM, la CANIFARMA et la CANACINTRA.
  • CANACINTRA : Camaras nacional de la Industria de transformaciÓn. Association des petites et moyennes entreprises du secteur de la transformation.
  • COPARMEX : Confederación Patronal de la República Mexicana. La COPARMEX est la seconde plus importante confédération patronale du Mexique.
  • CNIME - Consejo Nacional de la Industria Maquiladora de Exportación A.C. : Principales associations des entreprises oeuvrant dans le domaine des entreprises de réexportation (maquila)

Principaux syndicats mexicains

Syndicats « officiels »

Syndicats « indépendants »

Revues scientifiques et journaux

Institutions internationales

Bibliographie sélective

  • Aitken, Brian, Ann Harrison et Robert E. Lipsey « Wages and Foreign Ownership : A Comparative study of Mexico, Venezuela, and The United States” NBER Working Paper Series, Working Paper No.5102, 1995.
  • Albina Garavito, Rosa « Salarios y empleo en el pacto social del siglo XXI » in La Reforma Laboral que necesitamos, Juin, pp.79-81, 2004.
  • Alonso, Jorge et Jorge Carrillo et Oscar Contreras, « Trayectorias tecnológicas en empresas maquiladoras asiáticas y americanas en México », Série Desarrollo productivo, no.72, CEPAL, Santiago, Chili, 2002
  • Andreas, Peter, « U. S. : Mexico : Open Markets, Closed Border », Foreign Policy, No. 103 (été 1996), pp. 51-69.
  • Aroca, Patrico et William F. Maloney « Migration, Trade, and Foreign Direct Investment in Mexico » in The World Bank Economic Review, vol.19, no.3, pp.449-472, 2005.
  • Artecona, Raquel et Wendy Cunningham (2002) Effects of Trade Liberalization on Gender Wage Gap in Mexico, Development Research Group/Poververty Reduction and Economic Management Network, The World Bank, Washington, 2002.
  • Aspe, Pedro, Economic Transformation. The Mexican Way, The MIT Press, 1993.
  • Azar, Paola, Una mirada a la apertura comercial desde la perspectiva de género : impactos sobre el mercado de trabajo 1991-2000, Capitulo Latinoamericano de la Red Internacional de Género y Comercio, 2004.
  • Bair, Jennifer et Enrique Dussel Peters, « Global commodity chains and endogenous growth : Export dynamism and development in Mexico and Honduras » World Development , Volume 34, Issue 2, février 2006, pp. 203-221.
  • Bazdresch, Carlos et Santiago Levy,« Populism and Economic Policy in Mexico, 1970-82 » in Rudiger Dornbusch et Sebastían. Edwards (dir.) The Macro Economics of Populism in Latin America, The University of Chicago Press, Chicago, 1991, pp.223-259.
  • Birdsall et D. Wheeler « Trade Plicy and Industrial Pollution in Latin America : Where Are the Pollution Havens ? », in P. Low (ed.) International Trade and the Environment, World Bank, Discussion Papers, no.159, Washington.,1992.
  • Bossio Rotonto, Juan Carlos, « Une transformation des maquilas est-elle possible ? », manuscrit, 2004.
  • Bulmer-Thomas, Victor, The Economic History of Latin America since Independence, Cambridge University Press. Cambridge, England. 2003.
  • Buitelaar, Rudolf et Ramón Padilla Pérez, « Maquila, economic Reform and Corporate Strategies », in World Development, Vol.2828, no.9, 2000.
  • Camp, Roderic, Entrepreneurs and Politics in Twentieth-Century Mexico, Oxford University Press. New York. 1989.
  • Cárdenas, Enrique, La política económica en México, 1950-1994, El Colegio de México/Fondo de Cultura Económica, Mexico, 1996..
  • Carillo, Jorge, « Maquiladoras en México : Evolución industrial y retraso sindical » in Cuadernos del CENDES, Año 28, no.47 (mai-août) Caracas, 2001, pp.207-231.
  • Carillo, Jorge et Alfredo Hualde, « Third Generation Maquiladoras : The Case of Delphi-General Motors », in Journal of Bordelands Studies, Mexcio, 1996.
  • Carrillo, Jorge et Redi Gomis, « Los retos de las maquiladoras ante los retos de la competitividad », Comercio Exterior, Mexico, avril 2003.
  • Carrillo, Jorge et Arturo Lara, « Nuevas capaccidades de coordinación centralizada ¿ Maquiladoras de cuarta generación en México ? » in Estudios Sociológicos, Centro de Estudios Sociologicos, Colegio de México, vol.XXII, no:66, 2004, pp.647-667.
  • Castellanos Pascacio, Sara Gabriela et Rodrigo García Verdú et David Kaplan, Wage Rigidities in Mexico : Evidence from the Administrative Records of the Mexican Social Security Institute (Instituto Mexicano del Seguro Social), Banco de México WorkingPaper2004-03, 2004.
  • Centeno, Miguel A. Democracy within Reason : Technocratic Revolution in Mexico, The Pennsylvania State University Press, Pennsylvanie, 1994.
  • Chantasasawat, Busakorn et Hitomi Iisaka, Foreign Direct Invesment in East Asia and Latin America : Is there a People’s Republic of China Effect ?, ADB Institute, Reseach Paper Series, No.66 (juin) Tokyo, 2005..
  • Chiquiar, Daniel, Globalization, Regional Wage Differentials and the Stolper-Samuelson Theorem : Evidence from México, Banco de Mexico Working Parer, No. 2004-06, 2004.
  • Chiquiar, Daniel, « Why Mexico’s regional income convergence broke down », in Journal of Development Economics, vol.77, 2005, pp.257-275.
  • Cooney, Paul, « The Mexican Crisis and the Maquiladora Boom », Latin American Perspectives, Vol.28, no.3, 2001, pp54-55 et 59.
  • Contreras, Oscar F. et Jorge Carrillo, « Comerco electrónico e integración regional : la industria del televisor en el Norte de México », in Comercio Exterior, Vol.52, no.7, juillet 2002, pp.627-638
  • Cuevas, Alfredo, Miguel Messmacher et Alejandro Werner, « Foreign Direct Investment in Mexico since the Approval of NAFTA » in The World Bank Economic Review, Vol.19, no.3, 2005, pp.473-488.
  • Cypher, James, State and Capital in Mexico : Development Policy since 1940, Westview Press. Boulder, CO. Publication Year : 1990.
  • De la Garza Toledo, Enrique, « La polémica acerca de la tasa de sindicalización en México » in Revista Trabajo, Vol.II, UAM-OIT, Tercer Epoca, México, 2006, pp.17-29. http://docencia.izt.mx/egtpublicaciones/articulo/tsirdi.pdf.
  • De la Garza¸ Enrique et Carlos Salas (sous la direction) La situación del trabajo en México 2003, UAM/Solidarity Center/IET/Plaza y Valdés, México, 2003, pp.297-321.
  • De la O, María Eugenia, Expansión interritorial y trabajo femenino en industrias globales de México, Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social, Guadalajara, Jalisco, janvier 2004.
  • De la O, María Eugenia et Cirila Quintero (sous la dir.) Globalización, Trabajo y Maquilas : las nuevas y viejas fronteras de la inversión transnacional en México. México, D.F. : Plaza y Valdés, 2002.
  • Dominguez, Roberto. Fox’s Mexican Foreign Policy : A case of post-authoritarian semi-peripheral realismPaper presented at the annual meeting of the International Studies Association, Le Centre Sheraton Hotel, Montreal, Quebec, Canada, 17 mars 2004.
  • Dussel Peters, Enrique, La inversión extranjera en México, Serie Cepal, Dessarrollo Productivo, no.80, octobre 2000. (http://www.eclac.cl/cgi-bin/getProd.asp?xml=/publicaciones/xml/9/5579/P5579.xml&xsl=/ddpe/tpl/p9f.xsl&base=/ddpe/tpl/top-bottom.xsl)
  • Enright, Michael J. , « Responses to Globalization in Est Asia and Latin America : The Activity Locations of Multinational Manufacturers in the Asia-Pacifique », Working Paper no.3, Latin America/Caribbean and Asia/Pacific Economics and Business Association, Inter-American Development Bank, décembre, Washington, 2002.
  • Esquivel, Gerardo et José Antonio Rodríguez-López (2003) « Technology, trade, and Wage Inequality in Mexico before and after Nafta », in Journal of Development Economics, Vol.72, Issue 2, décembre 2003, pp.543-565.
  • Fairris, David, « Unions and Wage Inequality in Mexico » in Industrial & Labor Review, Vol.56, Issue 3, article 7, 2003, pp.481-497.
  • Fairris, David, Gurleen Popli et Eduardo Zepeda, « Minimum Wages and Wage Structure in Mexico », juillet 2005. (www.economics.ucr.edu/people/fairris/minwages.pdf)
  • Feenstra, Robert et Gordon H. Hanson, « Foreign Direct Investment and Relative Wages : Evidence from Mexico’s Maquiladoras », in Journal of International Economics, Vol.42, 2000, pp.371-393.
  • Feliciano, Zadia, « Workers and Trade Liberalization : The Impact of Trade Reforms in Mexico on Wages and Employment » in Industrial and Labor Relations Review, Vol.55, No. 1, Cornell University, octobre 2001.
  • Francois, Joseph F. et Gunnar Niels, "Political Influence in a New Antidumping Regime : Evidence from Mexico," Tinbergen Institute Discussion Papers 04-011/2, Tinbergen Institute, 2004.
  • Gallager, Kevin P. et Lyuba Zarsky, Sustainable Industrial Development ? The Performance of Mexico’s FDI-led Integration Strategy, Global Developmwent and Environment Institute, Tufts University, février 2004.
  • Gallagher, Kevin P. et Roberto Porzecanski, « What a Difference a Few Years Makes : China and the Competitiveness of Mexican Exports », Oxford Development Studies, Vol. 35, Issue 2, juin 2007, pp.219 – 223.
  • Gerber, Jim, « Perspectivas de la maquiladora despues del 2001 », in Comercio Exterior, Vol.49, no.9, septembre, 1999, pp.788-795.
  • Gerber, Jim et Jorge Carrillo « ¿Las maquiladoras de Baja California son competitivas ? », in Comercio Exterior, Vol.53, no.3, mars 2003, pp.284-293
  • Gruben, William, « Was NAFTA Behind Mexico’s High Maquiladora Growth ? », in Economic and Financial Review, 3e trimestre, Federal Reserve Bank of Dallas, Dallas, 2001.(http// :www.dallasfed.org/ htm/pubs/pdfs/efr0103b.pdf.)
  • Haber, Stephen et al., How Latin America Fell Behind. Essays on the Economic Histories of Brazil and Mexico, 1800-1914, Stanford University Press, Stanford, Ca. 1997.
  • Haggard, Stephan, Pathways from the Periphery : The Politics of Growth in the Newly Industrializing Countries, Cornell Strudies in Political Economy Series, Cornell U. Press, Ithaca, 1994.
  • Hanson, Gordon, "What Has Happened to Wages in Mexico since NAFTA ?" in Toni Estevadeordal, Dani Rodrick, Alan Taylor, Andres Velasco, eds., FTAA and Beyond : Prospects for Integration in the Americas, Cambridge : Harvard University Press, 2004.
  • Hanson, Gordon, "Globalization, Labor Income, and Poverty in Mexico", in Ann Harrison, ed., Globalization and Poverty, Chicago : University of Chicago Press and the National Bureau of Economic Research, 2007, 417-456.
  • Hualde Alfaro, Alfredo, « Aprendizage e industria maquiladora. Análisis de las maquiladoras de la frontera del norte de México » in Boletín Cinterfor, OIT, no :154, 2003, pp.67-96.
  • Hualde, Alfredo, “Existe un modelo maquilador ? Reflexiones sobre la experiencia mexicana y centroamericana », Nueva Sociedad, No :184, marzo-abril, Caracas, 2003.
  • IFHR (International Federation for Human Rights), Report. International Fact-finding Mission. Mexico. The North American Free Trade Agreement (NAFTA) : Effects on Human Rights. Violations of Labour Rights, Report no.448/2, avril 2006.
  • Ivarsson, Inge et Claes Göran Alvstam, « Technology Transfer from TNCs to Local Suppliers in Developing Countries : A Study of AB Volvo’s Truck and Bus Plants in Brazil, China, India, and Mexico » in World Development, Vol.33, No.8, 2005, pp.1325-1344.
  • Jensen, Nathan et Guillermo Rosas, « Foreign Direct Investment and Income Inequality in Mexico, 1990-2000 » Washington University, St. Louis, 2006 ?. (www.artsci.wustl.edu/ polisci/jensen/me/files/wp5_06.pdf).
  • Jordaan, Jacob A., « Determinants of DFI-Induced Externalities : New Empirical Evidence for Mexican Manufacturing Industries » in World Development, Vol.33, No.12, 2005, pp.2103-2118.
  • Koiko, Akihiro, « La industria de televisores a color en la frontera de México con Estados Unidos : potencial y límites del desarrollo local », in Comercio Exterior, Vol.53, no.4, avril 2003, pp.356-372.
  • Kopinak, Kathryn, Desert Capitalism : What Are Maquiladoras ? , Montreal : Black Rose Books, 1997.
  • Kopinak, Kathryn et Ma. Del Rocio Barajas, “Too Close for Comfort ? The Proximity of Industrial Hazardous Wastes to Local Populations in Tijuana, Baja California” Journal of Environment and Development. 2002. 11 (3) : 215-246.
  • Kosteas, Vasilios, « Wage Determination and Foreign Ownership in Mexican Manufacturing », Cleveland State University, Department of Economics, Working Paper Series, 2005.
  • López-Acevedo, Galdys, Mónica Tinajero et Marcela Rubio , « Mexico : Human Capital Effects on Wages and Productivity », WorldBank Policy Reseach Working Paper, no:3797, 2005.
  • López-Córdova, Ernesto, « Nafta and the Mexican Economy : Analytical Issues and Lessons for the FTAA », Occasional Paper no.9, Institute for the Integration of Latin America and the Caribbean (INTAL)/Integration, Trade and Hemispheric Issues Division (ITD)/Statistics and Quantitative Analysis Unit (STA), Inter-American Development Bank, juillet 2002, Buenos Aires,
  • Lustig, Nora, Mexico : The Remaking of an Economy, The Brookings Institution, Washington, D.C., 1992.
  • Maxfield, Sylvia, Governing Capital : International Finance and Mexican Politics, Cornell U. Press, Ithaca, 1990.
  • Mercado, Alfonso,« Seguridad y Salud en las maquiladoras » in Comercio Exterior, Vol.53, no.8, août 2003, pp.723-733.
  • McLachan, Ian et Adrian G. Aguilar, « Maquiladora Myths : Locational and Structural Change in Mexico’s Export Manufacturing Industry », in Professional Geographer, Vol.50, no.3, août 1998, pp. 315-331
  • Nicita, Alessandro, Who Benefited from Trade Liberalization in Mexico ? Measuring the Effects on Household Welfare, World Bank Policy Research Working Paper 3265, avril 2004, Washington.
  • Parrado, Emilio A. et René M. Zenteno, « Economic Restructuring, Financial Crises, and Women’s Work in Mexico », in Social Problems, Vol.48, No.4, 2006, pp.456-477.
  • Quitero Ramírez, Cirila, « El sindicalismo actual en la industria maquiladora », Ponencia preparada para el 4o. Congreso de la Asociación Mexicana de Estudios del Trabajo, 9-11 avril 2003, Hermosillo, Sonora.
  • Ramírez, Miguel D., « Public and Private Investment in Mexico, 1950-90 : An Empirical Analysis » in Southern Economic Journal, vol.61, no:1, juillet 1994, pp.1-17.
  • Ramirez, Miguel D., 2006. "Is foreign direct investment beneficial for Mexico ? An empirical analysis, 1960-2001," World Development, Elsevier, vol. 34(5), pp. 802-817, Mai 2006.
  • Ramos Francia, Manuel et Daniel Chiquiar, Bilateral Trade and Business Cycle Synchronization : Evidence from Mexico and United States Manufacturing Industries, Banco de México Working Paper 2004-05, 2004.
  • Robetson, Raymon, « Has Nafta Increased Labor Market Integration between the United States and Mexico ? » in The World Bank Economic Review, Vol.19, no.3, 2005, pp.425-448.
  • Romo Murillo, David, « Derramas tecnólogicas de la inversión extranjera de la industria mexicana », in Comercio Exterior, Vol.53, no.3, mars 2003.
  • Samstad, James et Seth Pipkin, « Bringning the Firm Back In : Local Decision Making and Human Capital Development in Mexico’s Maquiladora Sector » in World Development, Vol.33, No.5, 2005, pp.805-822.
  • Sargent, John et Linda Matthews, « Combining Export Processing Zones and Regional Free Trade Agreements : Lessons From the Mexican Experience », World Development, Vol.29, no.10, 2001.
  • Sargent, John et Linda Matthews, « Boom and Bust : Is it the End of Mexico’s Maquiladoras ? », Business Horizons, mars-avril 2003.
  • Sargent, John et Linda Matthews, « What Happens When Relative Costs Increase in Export Processing Zones ? Technology, Regional Production Networks, and Mexico’s Maquiladoras » in World Development, Vol.32, No.12, 2004, pp.2015-2030.
  • Scott, Robert E., « The High Price of Free Trade. NAFTA’s failure has cost the United States jobs across the nation », Economic Policy Institute, EPI Briefing Paper no.147, 2003, pp.1-13. (http://epinet.org)
  • Steinfeld, Jacob, Development and Foreign Investment : Lessons Learned from Mexican Banking, Carnegie Endowment for International Peace, Carnegie Papers, no.47, juillet 2004.
  • Sklair, Leslie, « Transnationals Across the Border : Mobilizing US Support for the Mexican Maquila Industry », in Journal of American Studies, Vol.24, no.2, 1990.
  • Solís, Leopoldo, La realidad económica mexicana : retrovisión y perspectivas (20e ed), Siglo veintiuno editores, Mexico, 1993.
  • Smith, Geri « Race to the Bottom, Second Leg : The Decline of the Maquiladoras », Transnationale, 29 avril 2002. (http:// www.globalpolicy.org/ nations/ sovereign/ statehood/ exportz/ 2002/ 0429race.htm).
  • Tekin-Koru, Ayca & Waldkirch, Andreas, 2007. "North American Integration and the Location of Foreign Direct Investment," MPRA Paper 5212, University Library of Munich, Germany.
  • Tornell, Aaron, Westermann, Frank and Martinez Trigueros, Lorenza, "NAFTA and Mexico’s Economic Performance", CESifo Working Paper Series No. 1155, mars 2004. (http://ssrn.com/abstract=526162)
  • Waldkirch, Andreas, "The ’New Regionalism’ : Integration as a Commitment Device for Developing Countries," International Trade , EconWPA, 2004. 
  • Waldkirch, Andreas and Gopinath, Munisamy, "Pollution Haven or Hythe ? New Evidence from Mexico" (June 7, 2004). Available at SSRN : http://ssrn.com/abstract=592721
  • Wise, Carol et Quiliconi, Cintia, « China’s Surge in Latin American Markets : Policy Challenges and Responses », Politics & Policy, Vol.35, No.3, septembre 2007, pp. 410-438(29).
Partager sur :

Nous joindre

Adresse civique
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

Téléphone : 514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
Courriel : ceim@uqam.ca

À propos

Doté d’une structure souple favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation.

Abonnez-vous au bulletin