> > >

Appel à proposition d’articles

Emploi et inégalités sociales

Revue Intervention économique


Appel à proposition d’articles pour Interventions économiques

Sujet : Emploi et inégalités sociales

En Europe comme en Amérique du Nord on a assisté ces dernières années, et surtout à la suite de la crise économique et financière mondiale, à une augmentation du chômage à laquelle les différents pays ont généralement tenté de faire face en s’appuyant sur des mesures pour relancer l’emploi.
Les gouvernements ont tenté de juguler le taux de chômage élevé et persistant en stimulant la création d’emplois à bas salaire pour les personnes non qualifiées afin de les sortir des programmes de soutien traditionnellement associés à l’État-providence, duquel ils cherchent de plus en plus à se distancier. Dans plusieurs cas, ils ont créé des postes de travail de niveau plus faible, moins protégés et moins rémunérés. Les changements intervenus dans les économies occidentales, résultant notamment des problèmes de chômage élevé et orientés par des impératifs de compétitivité, ont modifié le marché du travail, entraînant une dégradation de la qualité et de la protection de l’emploi et un accroissement des inégalités entre les travailleurs. En particulier, comme le montrent de nombreuses études, on observe des inégalités entre les individus et les groupes selon différents facteurs dont, entre autres, l’âge, le genre, la nationalité/ethnie, la langue ou le lieu de résidence. En ce qui concerne la variable « âge », il y a par exemple dans plusieurs pays européens des fractures générationnelles très fortes entre les adultes et les jeunes, ces-derniers devenant de vrais « outsiders » ou « exclus » du marché du travail. La situation a généralement été moins grave en Amérique du Nord, mais la conjoncture dans laquelle se trouvent les États-Unis pourrait fortement aggraver la situation.

De manière générale, l’on pourrait dire que le marché du travail est devenu plus polarisé, avec un grand écart entre salaires élevés et faibles et entre carrière stables et instables , ou encore, plus généralement, entre bons emplois ou emplois de qualité, et mauvais emplois (Morris et Western 1999 ; Gallie 2002 ; Esping-Andersen 2002).

Le cycle économique qui caractérise à tout le moins les deux dernières décennies, et que l’on associe souvent au post-fordisme, a accru la demande pour des emplois dans le secteur des services, nécessitant une plus grande flexibilité dans les conditions de travail ce qui, dans la plupart des cas, se traduit par des emplois précaires.

Ce changement a été expliqué par quelques économistes et représentants du monde des affaires comme un processus étroitement lié à la nature même de la société post-industrielle et de son économie, et donc comme quelque chose de presque inévitable, puisque les services et produits immatériels exigeraient un autre type d’emploi et de relation au travail, une relation moins standardisée et plus flexible que celle de la période fordiste.
Bien qu’ayant essentiellement survolé certains aspects macro de la problématique, il est clair que des dynamiques plus micro influencent aussi l’accès à l’emploi et à la stabilité en emploi, et ces dynamiques sont tout aussi centrales dans la structuration des inégalités au sein du marché du travail. Cet appel à articles invite les chercheurs issus de différentes disciplines à apporter leur contribution théorique, empirique ou méthodologique sur les problématiques associées aux inégalités au moment du processus d’insertion en emploi, mais aussi sur les inégalités qui subsistent, se cumulent et augmentent au sein du marché du travail pour des groupes divers et selon différentes variables telles que : l’âge, le genre, la nationalité/ethnie, la langue, et le lieu de résidence notamment.

Les contributions peuvent porter sur des sujets tels que :

  • L’organisation institutionnelle du marché du travail
  • Les processus d’insertion en emploi
  • La segmentation du marché de l’emploi dans différents contextes et les formes de travail atypique
  • La pertinence des théories de la segmentation du marché du travail
  • Le rôle du capital social et culturel dans les différents contextes d’insertion en emploi
  • Les phénomènes de discrimination, institutionnalisés ou non
  • Les contextes locaux et internationaux - à travers des phénomènes tels que la délocalisation, et leurs influences sur la structuration et la permanence, ou non, des inégalités

Les articles qui présentent des approches comparatives portant sur plusieurs groupes ou pays seront particulièrement appréciés.

Veuillez envoyer le résumé de votre proposition (1 page maximum) avant le 25 février 2012 aux deux coordonnateurs du numéro, Diane-Gabrielle Tremblay (tremblay.diane-gabrielle@teluq.ca) et Marco Alberio (alberio.marco@teluq.ca), ainsi qu’à la revue (deblock.christian@uqam.ca).

Protocole de rédaction
Les articles proposés au Comité de rédaction doivent être originaux, ne pas avoir été soumis ailleurs et ne pas avoir été publiés dans une autre langue.
Les articles n’excèderont pas 25 pages (incluant tableaux, graphiques et bibliographie) à interligne et demi (ou 50 000 signes) et devront être accompagnés d’un court résumé d’une dizaine de lignes, en anglais et en français, et de cinq mots clé, en anglais et français également.
L’auteur fournira les renseignements suivants : son nom, son adresse, son numéro de téléphone, son adresse électronique ainsi que son titre et son établissement de rattachement.
Les textes seront examinés de façon anonyme par deux lecteurs externes (ou trois s’il n’y a pas entente sur l’évaluation). Les articles soumis présenteront des résultats de recherche originaux et des qualités telles que la lisibilité et la pertinence par rapport à la problématique générale du numéro. Les articles publiés restent la propriété de la revue.

Présentation des articles
Les notes seront présentées en fin de texte et seront identifiées en chiffres arabes.
La bibliographie complète doit être formulée comme suit :

  • Livre : Dostaler, Gilles et Michel Beaud (1996). La pensée économique depuis Keynes, Paris, éditions du Seuil, 444 pages.
  • Revue : Dutraive, Véronique (1993). La firme entre transaction et contrat : Williamson épigone ou dissident de la pensée institutionnaliste, Revue d’économie politique, vol. 103, n° 1, pp. 83-105.
  • Article de livre : Élie, Bernard (1997). Contre l’apartheid économique : le combat politique, dans Juan-Luis Klein, Pierre-André Tremblay et Hugues Dionne (sous la direction de), Au-delà du néolibéralisme : quel rôle pour les mouvements sociaux ?, Études d’économie politique, vol. 13, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, pp. 179-186.

Le calendrier pour la publication est le suivant  :

  1. Envoi des résumés 25 février 2012
  2. Réponse du comité 5 mars 2012
  3. Envoi des articles sélectionnés sur la base des résumés 1er juin 2012
  4. Retour de l’évaluation par les pairs (peer review) 31 août 2012
  5. Envoi de la deuxième version de l’article 31 octobre 2012
  6. Publication fin 2012 ou début 2013

Pour de plus amples informations sur la revue : http://interventionseconomiques.revues.org

Partager sur :

Nous joindre

Adresse civique
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

Téléphone : 514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
Courriel : ceim@uqam.ca

À propos

Doté d’une structure souple favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation.

Abonnez-vous au bulletin