>
  • Projets de recherche

    Le CEIM a bénéficié, durant les cinq dernières années, de plusieurs financements structurants qui pérennisent sa reconnaissance comme espace de recherche majeur sur l’économie politique de la mondialisation. Que ce soit sur les accords commerciaux, les politiques commerciales, les transformations de l’économie mondiale ou sur les dynamiques et les impacts du numérique sur l’économie, la société et la culture, le CEIM contribue aux débats scientifiques et publics de manière significative, que ce soit par ses activités de recherche diversifiées, les débats qu’il organise ou les chercheurs qu’il a formé. Ces activités ont été financées par un financement FRQSC Equipe de près de 400000$ (C. Deblock avec plusieurs membres), le programme international du travail du Canada 315 000$ (M. Rioux, C. Deblock, M. Ares). Le CRSH Savoir a financé des recherches de M. Rioux, G. Gagné, T.-S.Lin, S, Paquin et M. Ares sur les politiques économiques en économie ouverte alors que les recherches sur les interactions culture, commerce et numérique ont bénéficié du soutien du programme Actions concertées culture et numérique (FRQSC/MCC), 213000$ (M. Rioux, G. Gagné), du programme Engagement partenarial CRSH, 24500$/an (M. Rioux), du Ministère de la culture et des communications/MRI, 35000$/an et l’Autorité canadienne d’enregistrement Internet, 43000$. (Michèle Rioux). Le CEIM a un financement Canada pour une recherche sur la découvrabilité, un financement de la Fondation Corée pour une étude (50000$) sur l’impact du numérique sur le marché du travail, et un financement du programme MITACS (105000$) pour repenser les politiques dans le domaine des télécommunications et de la radiodiffusion. La Revue Interventions économiques dont C. Deblock est codirecteur est reconnue et financée par le CRSH. Le CEIM a déposé un projet COVID19 au FRQ sur la relance économique du Québec. Le CEIM espère aussi une décision positive du programme Équipe du FRQSC qui permettrait de pérenniser le centre.

    Les axes de recherche de la programmation 2020-2024 financée par le soutien aux équipes de recherche du FRQSC.
    la programmation intitulée “La mondialisation dans un contexte de grandes tensions : repositionner l’Amérique du nord et repenser les politiques commerciales” portera un regard critique sur les innovations des nouveaux accords commerciaux impliquant les trois pays d’Amérique du nord afin d’en saisir les implications diverses sur les politiques et les cadres réglementaires des systèmes nationaux.

    Notre programmation visera à : 1) développer, sur le plan théorique, une compréhension des changements technologiques et des nouveaux accords commerciaux dans un contexte de rivalité croissante entre diverses puissances privées et publiques ; 2) analyser les transformations en cours dans une perspective multidisciplinaire (politique, économie, sociologie, droit) ; 3) produire des recherches susceptibles de faire progresser notre savoir et nos réponses institutionnelles ; et, 4) diffuser les résultats de recherche (publications, communications scientifiques, partenariats) au Québec, au Canada et à l’étranger, et 5) assurer la formation d’étudiants et de professionnels sur les enjeux institutionnels de régulation de la mondialisation au 21e siècle.

    Avec le développement du commerce électronique, la production se dématérialise et se déterritorialise alors que les chaînes de valeurs, production en constante mutation, traversent les frontières. Devant un monde en transformation, les accords commerciaux entraînent des changements des institutions, qu’elles soient nationales, régionales ou internationales, qui sont souvent mal adaptées aux nouvelles réalités du commerce et de la mondialisation. On tisse des liens de toutes sortes entre les sociétés et les individus qui affecte négativement sur la capacité des États d’assurer la prospérité et la stabilité de nos sociétés, la répartition des richesses et la coopération internationale sur des enjeux politiques et juridiques de plus en plus affectés par les accords de commerce. Ces défaillances institutionnelles creusent l’écart entre nos sociétés et les réseaux mondiaux d’interconnexions traversant les frontières, ce qui provoque des conflits et des fractures.

    Les Membres de l’équipe sont : Michèle Rioux, candidate principale (UQAM) Mathieu Arès, Université de Sherbrooke Rémi Bachand, UQAM Christian Deblock, UQAM Erick Duchesne, Université Laval Geneviève Dufour, Université de Sherbrooke Gilbert Gagné, Université Bishop’s Romain Lecler, UQAM Ting-Sheng Lin, UQAM Julien Martin, UQAM Éric Mottet, UQAM Richard Ouellet, Université Laval et Stéphane Paquin, ENAP

    La programmation du CEIM financée par la FSPD (2020-2023)
    La pandémie du COVID-19 nous force à revoir notre vision du monde, nos chaînes de valeurs mondiales et le rôle de nos institutions nationales et internationales. Si les économies sont plus interconnectées que jamais, l’action collective n’a pas suivi. Cette crise nous oblige à réfléchir sur les politiques économiques nationales, internationales – voire mondiales – de l’avenir. Les plans de relance ou de reconstruction de l’économie mondiale doivent être pensés pour les générations futures qui sont capables de s’adapter aux changements. Fidèle à son mandat et aux objectifs qu’il s’est donné, les chercheurs du centre ont choisi de s’y engager et d’orienter recherches et débats autour de quatre priorités : l’autonomie collective, les vulnérabilités que révèle la crise COVID -19, les ruptures qu’elle va approfondir dans l’économie mondiale et la dématérialisation des échanges qu’elle va accélérer.

    La programmation couvre :
    1) l’analyse des accords commerciaux et du régionalisme de troisième génération ainsi que des échecs du multilatéralisme ;
    2) l’analyse des transformations structurelles de l’économie mondiale en rapport avec la révolution numérique, notamment dans le secteur des télécommunications et des industries culturelles ainsi que les enjeux transnationaux de régulation économique et commerciale ;
    3) le déplacement du centre de l’économie mondiale vers l’Asie-Pacifique ;
    4) les enjeux du commerce progressiste et le retour des interventions de l’État ;
    5) les fragilités et vulnérabilités de la globalisation.

    Cette programmation engagera les chercheurs, les étudiants et les partenaires de recherche dans un processus qui mènera à la réalisation des plusieurs activités structurantes, notamment 5 séminaires par année et une conférences annuelle, et des monographies et des publications scientifiques diffusées en accès libre. Le tout sera soutenu par des financements d’organismes subventionnaires et d’organismes publics ou parapublics.

    Les thèmes les plus importants développés au CEIM depuis 2001 :
    - Intégration et régionalisme ;
    - Mondialisation, institutions et diplomatie
    commerciale ;
    - Gouvernance de la société de l’information ;
    - Culture, mondialisation et société ;
    - Humaniser le commerce.

     

    Les diverses unités de recherche du CEIM développent des projets qui contribuent à la richesse de nos programmation.

    Observatoires et projets de recherche

    Pôle d’attraction, le CEIM favorise la recherche, l’innovation et l’échange des idées.

    Laboratoire de recherche sur la découvrabilité et les transformations des industries culturelles à l'ère du commerce électronique (LATICCE)


    Cap-Afriques


Nous joindre

Adresse civique
Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
Université du Québec à Montréal
400, rue Sainte-Catherine Est
Pavillon Hubert-Aquin, 1er étage
Bureau A-1560
Montréal (Québec) H2L 2C5 CANADA

Téléphone : 514 987-3000 poste 3910
Télécopieur : 514 987-0397
Courriel : ceim@uqam.ca

À propos

Doté d’une structure favorisant la recherche, l’innovation et l’échange des idées, le CEIM réunit des chercheurs de réputation internationale spécialistes de l’économie politique des processus d’intégration et de mondialisation. Les accords commerciaux, la mondialisation, le régionalisme, le pouvoir des firmes, l’impact du numérique, autant de questions qui font l’objet des recherche du centre.

Abonnez-vous au bulletin